Accueil
Abonnement
FAQ
service à la clientèle



  Le saviez-vous?



Les erreurs les plus fréquentes commises par des cadres

Personne n'est parfait, pas même le patron! Des gestionnaires, répondant à un sondage récent, ont reconnu avoir parfois commis certaines erreurs. Par exemple, ne pas avoir apprécié le travail accompli par leur équipe ou l'avoir surchargée de travail.

Malgré la diversité des témoignages recueillis, plusieurs thèmes récurrents sont apparus. Le problème le plus fréquemment cité découle du manque de communication, à la base de 20 % des erreurs décrites. Les mauvaises décisions concernant l'embauche du personnel reviennent dans 13 % des réponses.

1 - Le manque de compliments pour souligner le travail accompli était à la source de plusieurs des problèmes cités :

« Je n'ai pas reconnu le travail d'une personne qui s'est avérée être une de mes meilleures employées. Elle est partie peu de temps après. »

« Je n'ai pas accordé le mérite qui leur était dû à des personnes qui ont largement contribué au succès de l'entreprise. »

« Je n'ai pas exprimé de reconnaissance à quelqu'un qui méritait d'être récompensé et je l'ai regretté pendant des années. »

2 - À l'instar du manque de reconnaissance devant la contribution des individus, le manque de vigilance face à un rendement insatisfaisant a souvent été retenu parmi les erreurs les plus fréquentes :

« J'ai gardé quelqu'un que j'aurais dû congédier. »

« Je ne me suis pas rendu compte que cette personne n'était pas à la hauteur de sa tâche. Elle ne possédait pas les capacités nécessaires pour s'en acquitter. »

« J'ai laissé une personne en poste après qu'elle ait échoué. Cela a été ma plus grosse erreur. »

3 - L'embauche d'employés qui conviennent aux postes à combler représente un défi important pour les gestionnaires, tel qu'illustré dans les exemples ci-dessous :

« J'ai incité un chef de groupe à embaucher un candidat à l'interne lorsqu'un candidat de l'extérieur était plus apte à remplir ce poste. »

« J'ai embauché des gens qui me ressemblaient trop. C'était une erreur. »

« J'ai embauché une personne pour combler un poste bien en deçà de son expérience; elle aurait pu occuper un poste plus élevé au sein de l'entreprise. »

4 - Lorsque vous avez de bons employés, vous ne voulez pas les perdre. Les commentaires émis ci-dessous par certains gestionnaires démontrent qu'il faut savoir décoder les signes avant-coureurs de la « maladie de l'insatisfaction » :

« Je n'ai pas reconnu les signes de mécontentement chez mes employés. »

« Je regrette de ne pas avoir vu les signes qui indiquaient qu'un employé s'apprêtait à nous quitter. »

« Je n'ai pas su comprendre dans quelle situation se trouvait un de mes employés, et il est parti. »

5 - Même si leurs gestes ne se sont pas traduits en roulement du personnel, certains gestionnaires regrettent de ne pas avoir apporté un meilleur soutien aux membres de leur équipe :

« J'aurais souhaité fournir plus d'occasions aux subalternes de s'impliquer dans des projets stimulants. »

« J'ai raté l'occasion de souligner les anniversaires de mes collaborateurs. »

« Je n'ai pas compris que mon équipe était allée au bout de ses capacités. »

« J'ai critiqué trop sévèrement mes employés; cela a miné leur confiance. »

6 - Des présuppositions ont entraîné des malentendus dans les exemples ci-dessous :

« J'ai présumé que je connaissais les problèmes de mes employés; j'aurais plutôt dû leur parler. Maintenant, je leur demande ce qui ne va pas au lieu de m'en tenir à des idées préconçues. »

« Je croyais que les motivations d'une personne étaient semblables aux miennes et qu'il voudrait faire de son travail une carrière. »

« Je tenais pour acquis qu'une personne était très compétente alors qu'elle ne l'était pas. Cela s'est tourné contre moi au cours d'une présentation. »

Ce sondage a été élaboré par Accountemps, la plus importante entreprise de placement de personnel intérimaire spécialisé en comptabilité, en finances et en tenue de livres à l'échelle mondiale. Il a été réalisé par une firme de recherches indépendante qui a recueilli les réponses de 150 cadres qui travaillent notamment dans des services de ressources humaines, de finances et de commercialisation, répartis dans les 1 000 entreprises les plus importantes des États-Unis.


Plus de détails dans le communiqué

 Envoyer cet article à un ami



Format imprimable

À propos... | Contact | Publicité | FAQ 




 
Mardi 17 août 2004